L'automne tombe feuille à feuille sur les trottoirs glissants alors que le vent fraîchit sous le ciel lourd et sombre de novembre. L'emblème de cette saison est une couleur, le marron, décliné depuis l'orange flamboyant jusqu'à l'ébène des arbres dont l'écorce nue se propose aux passants. L'automne, un arc en ciel monochrome en camaïeu de bruns enflammés et de braises noircissantes qui tous les ans arbore ses tenues éphémères aux reflets chocolat. Lequel, en prémisse à Noël, se met dans tous ses états au Salon qui lui est consacré.  L'oeuvre est d'art, le chocolat sous la presse gonfle ses tablettes et l'Artiste, sculpteur chocolatier, imagine un monde onirique qui séduit tout autant les papilles que les pupilles. La création est sans limite et tout est ravissement, émerveillement de saveurs et senteurs mélangées. Petits choux, bijoux...à genoux devant ces perles noires et cirées ou cette exposition de lutins métaphoriques comme bondissant d'une bande dessinée. PB010288

               PB010300                                                                               

  Ils viennent de toute la planète pour raviver notre mémoire d'enfant sage, qui espère sa récompense...Tout ici est plaisir, volupté des sens exacerbés par l'abondance des tentations. Tour à tour c'est le défilé de robes sucrées qui enchantent l'âme puis l'expertise d'un Maître japonais aux prises avec la décoration millimétrée d'une bouchée suave ou encore l'attendrissant apprentissage d'un garçonnet coulant son premier moule d'ours en chocolat blanc. On va, on vient, sans but précis autre que celui de musarder entre les rangs de bouchées et de humer sans jamais  s'écoeurer les effluves de cacao amer et sucré.

PB010299

Un moment de bonheur que l'on voudrait prolonger sûrement parce qu'il touche à ce qu'il y a chez l'homme d'intemporel et d'universel. Venue du plus profond des âges et des forêts, la fève brune et amère, sous la main de l'homme, se fait douceur et suavité. Et sous notre palais un conte de fées, des pépites fondantes se laissent couler, un arôme pulpeux se diffuse goutte à goutte et nous dépose anéanti au pied de l'écriteau : SORTIE.

Catel